miércoles, marzo 09, 2005

Les ailes en or

Un Dieu qui compte les minutes et les sous, un Dieu désespéré, sensuel et grognon comme un cochon. Un cochon avec des ailes en or qui retombe partout, le ventre en l'air, prêt aux caresses, c'est lui, c'est notre maître. Embrassons-nous ! (Ca serait pourtant pas si bête s'il y avait quelque chose pour distinguer les bons des méchants) Louis-Ferdinand Céline

2 Comments:

Anonymous Anónimo said...

¿Borraste la entrada anterior?

11:21 a. m.  
Blogger Cokow said...

No, por ahí anda. Creo que se resbaló y cayó dos o tres entradas abajo...

2:22 p. m.  

Publicar un comentario

<< Home